Assises québécoises de l'économie circulaire

La première édition des Assises québécoises de l’économie circulaire a eu lieu le 4 décembre 2018 à Montréal. Plus de 400 participants provenant d’organisations multisectorielles, d’entreprises, de ministères et d’organismes y ont assisté au premier événement d’envergure sur ce thème au Québec. Ces Assises ont été organisées par RECYC-QUÉBEC, en collaboration avec le ministère de l'Économie et de l'Innovation (MEI) et l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (Institut EDDEC).

L'évènement abordait différentes thématiques présentées par plus d’une vingtaine de conférenciers et conférencières provenant du Québec, de la France, de la Belgique, des Pays-Bas et de la Grande-Bretagne. Ces derniers ont parlé notamment du concept de l’économie circulaire et de ses applications concrètes au sein d’organisations, de territoires et de secteurs d’activités variés.

Le programme des Assises réfletait la volonté de RECYC-QUÉBEC de toucher un public large, composé notamment du milieu des affaires et d'administration public du Québec. Une part importante du programme était donc dédié à la présentation de concept fondateur de l'économie circulaire, comme les stratégies de déploiement et les modèles d'affaires. Le message envoyé au public est que des situations win-win sont possibles grâce à l'économie circulaire: elle permettrait à la fois de réduire la quantité de ressources vierges consommées, d’optimiser l’utilisation des ressources qui sont déjà en circulation et le développement des entreprises. Des stratégies implantées dans les territoires ou les organisations, telles l’écoconception, la consommation responsable, l’économie collaborative, le recyclage, le reconditionnement, la réparation, l'économie de fonctionnalité, ou encore la symbiose industrielle ont été présentées lors des Assises.


« Nous sommes fiers d’avoir réussi à réunir les acteurs clés de tout horizon et l’engouement créé autour de cette première édition des Assises témoigne d’un intérêt indéniable pour l’économie circulaire au Québec. La mise en commun des cas à succès et des initiatives d’optimisation des ressources constitue une étape nécessaire et importante pour réussir ce virage collectif vers une économie moderne plus circulaire et durable. Chacune des stratégies de ce nouveau modèle économique apporte son lot d’opportunités et de retombées pour les Québécoises et les Québécois et les Assises sont une invitation à les découvrir.»

Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC


De l’échelle mondiale...

La Fondation Ellen MacArthur, organisation britannique phare, a présenté comment elle a réussi à positionner l’économie circulaire sur la scène internationale en quelques années seulement et surtout, à la hisser parmi les priorités des dirigeants des grandes entreprises, des gouvernements et du milieu académique. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), de la France, a pour sa part fait état de ses observations et des tendances qui se dessinent pour l’Europe en économie circulaire. 

...au déploiement territorial

La Chaire en économie circulaire et métabolisme urbain était également de la partie. Dans une session dédiée au déploiement territorial, Stephan Kampelmann a partagé l'expérience de deux villes européenes: la circularisation des matières organiques à Bruxelles dans le projet Opération Phosphore et la gestion des matières de construction issus des bâtiments et chantiers publics à Paris dans le cadre du projet Métabolisme Urbain à Plaine Commune.

Ces expériences européennes ont été ensuite complétées par le témoignage sur le déploiement territorial au Québec: à Montréal, où Melissa Stoia travaille avec PME MTL Est-de-l’Île sur le projet Synergie Montréal; dans les activités en synergies industrielles du Conseil Régional de l'Environnement et du Développement Durable de l'Outaouais (CREDDO) qui ont été présenté par Nicolas Greugny; et à Lanaudière, où Véronique Morin anime le programme Synergie Lanaudière. Plus d'information sur les projets de symbioses industrielles au Québec sont ici et ici.

Alors que le Québec a jusqu'ici mis l'accent sur la symbiose industrielle pour mettre en place l'économie circulaire, l'organisation des Assises réflètait aussi la volonté de RECYC-QUEBEC d'investir d'autres activités en lien avec l'économie circulaire: 

L’économie circulaire en Amérique du Nord

Au Canada et dans le reste des Amériques, la transition vers l’économie circulaire se met donc doucement en marche. Des initiatives émergent, dont une nouvelle coalition canadienne mise sur pied cet automne, soit la « Circular Economy Leadership Coalition », tandis que le Conseil national zéro déchet (National Zero Waste Council) travaille aussi de son côté sur la thématique de l’économie circulaire. 

La Ellen MacArthur Foundation est aussi de plus en plus active en Amérique du Nord, avec des opérations dans plusieurs villes coordonnées par Del Hudson, directice executif de la Ellen MacArthur Foundation, USA Inc

Au Québec, à l’initiative de l’Institut EDDEC, une quinzaine d’acteurs influents issus des sphères économique, environnementale et sociale ont été regroupés, en août 2015, au sein du Pôle québécois de concertation en économie circulaire. L’objectif de ce Pôle est de favoriser la transition vers ce nouveau modèle économique. En 2016, un groupe interministériel sur l’économie circulaire a été mis sur pied et la coordination est assurée par le MEI et Recyc-Québec. Le Québec se démarque entre autres grâce aux efforts combinés de l’Institut EDDEC et du gouvernement du Québec qui encouragent et soutiennent la mise en œuvre d’initiatives dans près d’une vingtaine de régions. Plusieurs viendront en témoigner lors des quatre sessions techniques de l’événement.


« En moins de cinq ans, le Québec a acquis une position de leader nord-américain dans la transition vers l’économie circulaire. Les Assises permettront de donner une seconde impulsion à ce mouvement bien amorcé, en rassemblant le nombre d’individus et d’organisations participant à la transition et en favorisant la naissance de nouvelles collaborations. »

Daniel Normandin, directeur exécutif de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (Institut EDDEC).

Chair's opinion

Vu de l'Europe, le Québec est un territoire extrement intéressant en termes du déploiement de l'économie circulaire. Avec ces énormes espaces et des ressources naturelles quasiment infinies par rapport à la densité de la population, la Belle Province offre la possibilité de déssiner un métabolisme urbain d'une ville importante comme Montréal et ses interactions avec son hinterland. Le cadre politico-adminsitratif québécois et la volonté de Recyc-Québec de s'engager dans la transition vers l'économie circulaire pourraient donner lieu à une vision territoriale pour le Québec qui intègre les intérêts et les ressources des pôles urbains, des zones ruraux et non-habités.

Et, si nous rêvons un peu, le Québéc pourrait aussi ajouter un autre facteur au développement de l'économie circulaire, celui de la culture indigène. Le rapport particulier à la nature des "first nations" continue à être une source d'inspiration pour des modèles alternatifs à la société urbaine de consommation; peut-être il va aussi engendrer une nouvelle perspective sur l'économie circulaire à l'échelle d'un territoire comme le Québec. 

Documents

Programme Ecole d'Ete 2019

View file (PDF)