Podcast Circular Metabolism #9 - Les plateformes digitales d'Economie Circulaire

Dans le neuvième épisode du Podcast Circular Metabolism, nous avons fait un détour par Saint-Etienne pour discuter avec Denis Cocconcelli de l’utilisation des plateformes digitales pour accélérer la transition vers une économie plus circulaire.

Denis est le directeur du CIRIDD (ou Centre International de Ressources et d’Innovation pour le Développement Durable). Le CIRIDD a une grande expérience dans le développement et l’animation de plateformes digitales pour l’économie circulaire puisqu’il a déjà développé 8 plateformes réparties dans 3 pays. Avant l’économie circulaire, le CIRIDD avait déjà l’expérience de mettre en œuvre ce type de plateformes mais cette fois-ci sur la thématique du développement durable. Sur base de leur solide expertise dans ce domaine, je voulais discuter avec Denis afin de mieux comprendre les subtilités de l’utilisation du digital pour activer l’économie circulaire et également pour comprendre quels apprentissages du développement durable pourraient se transposer à l’économie circulaire.

Nous avons commencé notre discussion en retraçant l’histoire de Médiaterre, une plateforme média lancée en 2002 qui recense l’ensemble des informations et des actualités sur le développement durable. Pour résumer cette plateforme en quelques chiffres : ce sont des utilisateurs venant de 140 pays, avec 28 millions de pages vues par an, et 11 000 abonnés. Cette plateforme recouvre un maximum de sujets avec 29 portails géographiques ou thématiques qui offrent d’autres portes d’entrées pour retrouver l’information recherchée. A ces plateformes informatives s’ajoutent des plateformes collaboratives qui permettent de partager des bonnes pratiques mais aussi de rentrer en contact avec les acteurs derrière celles-ci afin de devenir le plus opérationnel possible.

Denis souligne qu’avec la transition des habitudes sur internet, il était important que ces plateformes soient au plus proche des habitudes des utilisateurs sans s’imposer à eux. Plus précisément, pour toucher un public de professionnels et techniciens il est important de caractériser, collecter, et filtrer l’information, ceci afin de la rendre tangible mais également pour construire un réseau entre professionnels. Pour ce public cible il fallait passer d’une simple communauté de partage, à une capitalisation de la connaissance mais aussi à une réelle communauté de travail.

Après toutes ces années, peut-on cependant savoir si toutes les initiatives documentées ont rendu nos sociétés plus durables ? Le CIRIDD ne prétend pas déclarer des voies bonnes ou mauvaises. Au contraire, il est important de partager et faire vivre des expériences pour rendre possible la transition vers le développement durable.

En tenant compte de toutes ces informations, je voulais donc savoir si tous ces aspects étaient également vrais pour l’économie circulaire. La première question logique à poser à Denis était donc, de savoir s’il existe une différence entre le développement durable et l’économie circulaire ? Pour le CIRIDD, il y a eu deux étapes majeures en 20 ans. Une première jusqu’à la crise de 2008, où le CIRIDD voulait sensibiliser et former autour du développement durable. A partir du 2010, le CIRIDD a fait un travail de stratégie pour traduire la durabilité dans les pratiques et gestes quotidiens des entreprises, associations, collectivités, filières pour effectuer des changements des modèles économiques en profondeur, pour faire évoluer les métiers, etc.

Après avoir fait une revue des différents modèles existants pour effectuer ce changement de paradigme (passant du biomimétisme à l’économie circulaire, de la bioéconomie à l’économie de fonctionnalité) ils en ont testé plusieurs. Depuis 2014, ils ont fait le choix de l’économie circulaire. Pour Denis, le choix de l’économie circulaire n’est pas en opposition avec le développement durable mais se positionne plutôt comme un modèle opérationnel ou une voie de transition vers celui-ci. En effet, le CIRIDD ne change ni de nom ni d’objectif.

Pour en revenir aux plateformes digitales, après en avoir élaboré plusieurs sur l’économie circulaire, il est clair que certaines leçons ou éléments ressortent. Premièrement, il faut créer des réseaux pour que les gens se connaissent, se fassent confiance, partagent des solutions, montent des chaînes de valeur de la zone industrielle à toute une filière. Pour cela et depuis 2015, en partenariat avec l’Institut National de l’économie circulaire, le CIRIDD a créé des réseaux dans des territoires qui s’appuient sur des partenaires locaux, des animateurs qui connaissent bien l’écosystème économique, institutionnel, culturel en s’adossant sur une plateforme digitale. Ces partenaires sont des têtes de réseaux tels que les réseaux d’entreprises, des pôles de compétences, des chambres de commerces afin que leurs adhérents accueillent l’économie circulaire. 

Et deuxièmement, il faut créer une plateforme collaborative, un média ou un véhicule qui permet à la fois de collecter l’information, la nourrir mais aussi redescendre cette information aux acteurs impliqués. Mais, les acteurs doivent se retrouver dans leurs habitudes, dans leurs réseaux, sur des dimensions plutôt locales.

Ainsi, les réseaux de partage d’informations doivent également être connectés avec le terrain. Il existe des échelles de territoire qui sont pertinentes pour certains sujets. En France, ce sont les régions qui ont été dotées de la compétence d’économie circulaire par la loi. C’est à travers des compétences économiques, d’aménagement, d’implantation d’entreprises, de mobilité, etc. que les régions mettent en place l’économie circulaire. 

Après le développement de plusieurs plateformes il en ressort que l’économe circulaire est avant tout une économie locale. Bien que l’économie circulaire puisse avoir des enjeux nationaux et internationaux, elle est intimement liée avec de l’animation et du développement économique territorial. De manière simple, les professionnels vont faire des affaires uniquement parce qu’ils ont appris à se connaitre.

Finalement, la dernière question posée concernait comment nous pourrions relier l’information existante à différents endroits et échelles mais aussi comment relier les différentes initiatives entre elles. Denis, mentionne qu’au cœur de toutes les plateformes régionales il existe une plateforme aggrégatrice economiecirculaire.org, qui collecte les bonnes pratiques (plus de 700 depuis 2015 avec plus de 5000 comptes créés). Cette plateforme redescend également l’information vers les différents territoires en FR et en EN. Grâce à celle-ci ils peuvent redescendre vers les plateformes locales afin de creuser sur les détails pour arriver au plus près de l’information et de l’initiative. En conclusion, l’idée est donc plutôt de créer des liens en remontant et redescendant l’information plutôt que de dire qu’une initiative est meilleure qu’une autre ainsi qu’une initiative pourrait faire consensus pour toutes cultures et contextes.

Profitez de cet épisode et n’oubliez pas d’aller sur notre site internet www.circularmetabolism.com pour le reste de nos productions. Pour nous aider à améliorer notre podcast et profiter des prochains épisodes abonnez-vous sur votre application favorite comme Youtube, iTunes, Spotify ou Stitcher et n’hésitez pas à nous y laisser un commentaire.

- iTunes: http://tiny.cc/9flx7y 

- Stitcher: http://tiny.cc/3glx7y 

- Spotify: http://tiny.cc/nhlx7y

 

Pour écouter/voir cet épisode voir ci-dessous: